Print the monograph

Pendant l'allaitement

II. Hydratation et rôle de l'eau pendant l'allaitement

L'allaitement est reconnu comme étant le meilleur mode d'alimentation pour les nourrissons et est recommandé chaque fois que cela est possible. De nombreux rapports soulignent les effets bénéfiques à court et à long terme de l'allaitement pour la mère et son enfant (Turck, 2005 ; Schack-Nielson and Michaelsen, 2006). Pendant cette période, l'hydratation devient particulièrement importante, étant donné que la production de lait maternel augmente de façon considérable les pertes en eau de la mère.

II.1. L'eau dans le lait maternel

L’allaitement implique des réponses physiologiques spécifiques de la mère et exige un apport supplémentaire de nutriments et d'eau (IoM, 1991).

La production de lait augmente progressivement pendant la période de lactation ; elle avoisine 750 ml/j six mois après la naissance chez les femmes qui pratiquent l'allaitement exclusif (Neville et al., 1988) (Figure 7). Mais la production de lait peut être considérablement plus élevée : les mères qui allaient exclusivement au sein des jumeaux peuvent produire jusqu'à 2-3 l/j de lait (IoM, 1991). La quantité produite dépend directement de la demande de l'enfant.

 

850
800
750
700
650
600
550
500

7-1415-28 30-59 60-150

 

Figure 7. Taux moyens de production de lait chez les femmes pratiquant l'allaitement exclusif.

                Adapté de Neville et al. 1988.

 

Le lait maternel contient, en moyenne, 87 % d'eau (EFSA, 2010), sa teneur en eau varie en fonction du moment de la journée. Au moment de l'allaitement, le lait de début de tétée a une teneur plus élevée en eau et maintient l'enfant hydraté, alors que le lait de fin de tétée contient deux à trois fois plus de graisse que le lait de début de tétée (Riordan and Wambach, 2009).

Étant donné que le lait maternel est produit à l'aide de l'eau du corps de la mère, un volume de lait de 750 ml/j composé à 87 % d'eau équivaut à une perte d'eau supplémentaire importante pour la mère, par rapport à une perte normale quotidienne. Maintenir son équilibre hydrique représente donc un réel défi pour la mère allaitante.

 

II.2. Conséquences de l'allaitement sur la masse hydrique du corps

L'apport d'eau pendant l'allaitement doit être suffisant afin de compenser l'eau perdue par le lait maternel. Ainsi, en théorie, l'apport d'eau chez la femme allaitante devrait être au moins équivalent à celui de la femme non allaitante, plus la quantité d'eau transférée dans le lait maternel, estimée entre 600 et 700 ml/j (EFSA, 2010; IoM 2004) (Figure 8).

 

schéma : équilibre hydrique chez la femme allaitante

Figure 8. Équilibre hydrique chez la femme allaitante.

 

Les données sur la consommation réelle de liquides chez la femme allaitante sont rares. Deux études, réalisées avec un nombre limité de sujets, ont montré que la consommation de liquides chez la femme allaitante aux États-Unis est d'environ 16 % (300 ml) plus élevée que chez la femme non allaitante (Ershow et al., 1991) ; cela n'est pas suffisant pour répondre aux besoins théoriques (Stumbo et al., 1985), mais ces résultats doivent être confirmés par d'autres études.

D'un point de vue physiologique, une forte sensation de soif, ressentie au cours de la tétée, pourrait aider à augmenter la consommation de liquides (Bentley, 1998). Néanmoins, les mécanismes sous-jacents ne sont pas clairs et l'impact de cette sensation de soif sur la consommation de liquides chez la femme n'est pas connu.

II.3. Hydratation et production de lait maternel

La question de savoir si la quantité de liquides consommée pouvait influencer la production de lait maternel a été soulevée. Néanmoins, les données scientifiques montrent invariablement que ni l'augmentation ni la restriction de la quantité de liquides consommée n'affectaient le volume de lait produit (Dusdieker et al., 1985; Dusdieker et al., 1990; Horowitz et al., 1980; Prentice, 1984).

Ces informations sont cohérentes avec les données démontrant que l'état nutritionnel général de la mère a peu d'influence sur la quantité de lait produite ou sa qualité (IoM, 1991). Le nourrisson reçoit les nutriments et l'eau dont il a besoin, parfois au détriment de la mère, et la quantité de lait produite est fonction de la demande de l'enfant.

Cependant, une alimentation saine et une hydratation adéquate sont jugées souhaitables afin de maintenir la santé de la mère (IoM, 1991) et sont ainsi souvent recommandées aux mères allaitantes par les professionnels de santé (Lawrence and Lawrence, 1999).

 

Messages à retenir

La production de lait maternel augmente progressivement pendant la période de lactation, et atteint 750 ml/j six mois après la naissance.
Le lait maternel est principalement composé d'eau (en moyenne, 87 %).
La mère doit compenser la production de lait en buvant suffisamment d'eau.
La quantité de lait produite répond à la demande du nourrisson, même si cela entraîne un risque de déshydratation pour la mère.

Pour rester informé mensuellement des dernières mises à jour de l'Initiative H4H, inscrivez-vous à notre Newsletter !

S'abonner

Newsletter