La régulation de la balance hydrique

Le corps humain consomme et perd de l’eau chaque jour. Comment régule-t-il sa balance hydrique ?

Le maintien d’une balance hydrique correcte (différence nette entre les entrées en eau et les pertes en eau) est essentiel pour la santé.

Ceci est d’autant plus important que le corps ne peut pas stocker d’eau: l’eau que nous perdons doit être remplacée, et l’Homme ne peut survivre plus dequelques jours sans eau.1,2

Nous perdons de l’eau quotidiennement via:

  • Les voies respiratoires (respiration)
  • Le système gastro-intestinal (matières fécales)
  • La peau (perspiration et sueur)
  • Les reins (excrétion d’urine)

L’hygiène de vie et les conditions environnementales ont un impact significatif sur le niveau de nos pertes en eau individuelles, mais en moyenne, un adulte normal perd environ 2,6 litres (L) par jour.3

 

Perte en eau moyenne quotidienne via différents organes chez l’adulte3

tableau moyenne pertes hydriques quotidiennes

Les pertes en eau additionnelles via la sueur peuvent être induites par tout exercice physique et/ou environnement chaud et peuvent contribuer à des pertes en eau allant jusqu’à plusieurs litres.

Nous compensons nos pertes en eau, principalement à travers l’utilisation des nutriments alimentaires par notre corps, grâce à la consommation de liquides et d’aliments, et à la production d’eau métabolique. Cette dernière représente en moyenne 0,3 L par jour, et l’eau provenant de l’alimentation, quant à elle, peut énormément varier selon les habitudes alimentaires. Le gros des entrées reste l’apport en eau par les boissons.

La balance hydrique est maintenue grâce aux contrôles de l’homéostasie sur un nombre limité de fluctuations.

Parmi les différents types de pertes et d’entrées en eau, celles décrites ci-dessous sont sous contrôle de l’homéostasie:

  • La consommation de liquides, qui peut être déclenchée par la soif
  • La gestion rénale de l’eau, qui varie en fonction de l’état d’hydratation.1En cas de déshydratation, les reins conservent l’eau, et en cas d’hyperhydratation, l’eau est éliminée par les urines.

La soif et la conservation de l’eau par les reins sont déclenchées par l’augmentation de l’osmolalité plasmatique, mais à des seuils différents:

  • La régulation de la vasopressine menant à la conservation de l’eau débute à une valeur moyenne de l’osmolalité plasmatique de 280 mOsm/kg H2O
  • La soif est perçue, quant à elle, seulement lorsque l’osmolalité plasmatique atteint environ 290 mOsm/kg H2O4

Cependant, un tel changement de situations de l’osmolalité plasmatique est susceptible de se produire lorsqu’une déshydratation de l’ordre de 1 à 2% de perte du poids corporel seulement est atteinte.5Par conséquent, dans la vie quotidienne, nous pouvons être exposés à une faible déshydratation sans pour autant ressentir le besoin de boire. La soif constitue un système d’alerte tardif du début potentiel de la déshydratation. En pratique, il est recommandé de boire souvent à intervalles réguliers tout au long de la journée, plutôt que d’attendre d’avoir soif. En addition, pour certaines populations, telles que les personnes âgées, le signal de la soif est moins efficace, ce qui augmente le risque de déshydratation.

Références

  1. Institute of Medicine (IOM). Dietary Reference Intakes for Water, Potassium, Sodium, Chloride, and Sulfate. Washington, DC: National Academies Press,2004.
  2. EFSA. Scientific Opinion on Dietary Reference Values for water. Available at: http://www.efsa.europa.eu/en/scdocs/scdoc/1459.htm. Accessed April 2010.
  3. Shirreffs SM. Markers of hydration status. J Sports Med Phys Fitness 2000;40:80-4.
  4. Bouby N, Fernandes S. Mild dehydration, vasopressin and the kidney: animal and human studies. Eur J ClinNutr. 2003;57:S39-46.
  5. Armstrong LE. Hydration assessment techniques. Nutr Rev. 2005;63:S40-54.

 

Pour rester informé mensuellement des dernières mises à jour de l'Initiative H4H, inscrivez-vous à notre Newsletter !

S'abonner

Newsletter