L’hydratation peut-elle avoir un rôle dans la prévention primaire des calculs rénaux?

Plusieurs études indiquent qu’une déshydratation chronique, liée à différentes causes telles le travail en environnement surchauffé ou l’effort physique, augmente le risque d’incidence des calculs rénaux.1-5 Ces données suggèrent que les lithiases urinaires sont plus fréquentes dans les zones géographiques de climat chaud. Dans certains pays comme l’Arabie Saoudite, plus de 20 % de la population développe des calculs rénaux alors que ce risque n’est que de 12 à 13 % en Amérique du Nord et de 5 à 10 % en Europe.Par ailleurs, il existe également des variations saisonnières dans l’incidence des calculs rénaux avec des taux supérieurs en été.7,8

En addition, d’autres études montrent une relation entre la consommation de liquides et le risque de lithiases urinaires chez les individus sains:

  • Dans deux études observationnelles d’envergure, la consommation totale de liquides était significativement et inversement associée au risque de calculs rénaux.9,10
  • Un essai interventionnel contrôlé avec un suivi sur 3 ans a évalué l’effet préventif d’un programme éducationnel portant sur la consommation adéquate de liquides dans une population vivant dans un climat chaud comparé à une population similaire à qui aucun conseil n’était prodigué. Les résultats montrent que la population ayant bénéficié du programme éducationnel avait un volume urinaire plus importantet une incidence de calculs rénaux plus faible que la population n’ayant pas été conseillée sur leur consommation de liquides.11

Il a également été montré qu’une prise additionnelle d’eau de 1,3 L pouvait diminuer le risque théorique de cristallisation, la première étape dans la formation des calculs rénaux, dans les urines de sujets sains,mesuré par l’index de risque de cristallisation de Tiselius.12

Néanmoins, des études complémentaires sont nécessaires pour confirmer le rôle d’une consommation adéquate de liquides dans la prévention primaire des calculs rénaux.

Références

  1. Embon OM, Rose GA, Rosenbaum T. Chronic dehydration stone disease. Br J Urol. 1990;66:357-62.
  2. Pin NT, Ling NY, Siang LH. Dehydration from outdoor work and urinary stones in a tropical environment. Occup Med (Lond). 1992;42:30-2.
  3. Borghi L, Meschi T, Amato F, Novarini A, Romanelli A, Cigala F. Hot occupation and nephrolithiasis. J Urol. 1993;150:1757-60.
  4. Chang MA, Goldfarb DS. Occupational risk for nephrolithiasis and bladder dysfunction in a chauffeur. Urol Res. 2004;32:41-3.
  5. Olapade-Olaopa EO, Agunloye A, Ogunlana DI, Owoaje ET, Marinho T. Chronic dehydration and symptomatic upper urinary tract stones in young adults in Ibadan, Nigeria. West Afr J Med. 2004;23:146-50.
  6. Ferrari P, Piazza R, Ghidini N, Bisi M, Galizia G, Ferrari G. Lithiasis and risk factors. UrolInt. 2007;79:8-15.
  7. Baker PW, Coyle P, Bais R, Rofe AM. Influence of season, age, and sex on renal stone formation in South Australia. Med J Aust. 1993;159:390-2.
  8. Al-Hadramy MS. Seasonal variations of urinary stone colic in Arabia. J Pak Med Assoc. 1997;47:281-4.
  9. Taylor EN, Stampfer MJ, Curhan GC. Dietary factors and the risk of incident kidney stones in men: new insights after 14 years of follow-up. J AmSocNephrol. 2004;15:3225-32.
  10. Curhan GC, Willett WC, Knight EL, Stampfer MJ. Dietary factors and the risk of incident kidney stones in younger women: Nurses' Health Study II. ArchInternMed. 2004;164:885-91.
  11. Frank M, De Vries A. Prevention of urolithiasis. Education to adequate fluid intake in a new town situated in the Judean Desert Mountains. ArchEnvironHealth. 1966;13:625-30.
  12. De La Guéronnière V, Le Bellego L., Buendia Jimenez I, Dohein O, Tack I, Daudon M. Increasing water intake by 2 liters reduces crystallization risk indexes in healthy subjects. ArchItalUrolAndrol. 2011;83:43-50.

 

Pour rester informé mensuellement des dernières mises à jour de l'Initiative H4H, inscrivez-vous à notre Newsletter !

S'abonner

Newsletter